Rapport d'exploration

Teaser

Le 24 juin, à l'occasion de la matinée professionnelle "Faire tiers-lieu ou redonner aux citoyens le pouvoir de faire" organisée à La Coursive Boutaric (Dijon), a été publié mon rapport d'exploration. Un condensé de mon voyage de l'été 2021 à la découverte des tiers-lieux culturels.

Pour le télécharger, cliquez sur l'image en bas de page !

Pour qui ?

  • D'abord pour moi. Dès le démarrage du projet, j'ai su que j'aurais besoin de prendre le temps de l'analyse. A la fois parce que j'étais certain de ne pas réussir à prendre suffisamment de recul lors du voyage (ça s'est avéré exact) mais aussi parce que c'est dans ma nature d'aller au bout des choses, tout simplement. 

  • Pour les collectifs visités ensuite. Environ à la moitié du voyage, j'ai pris conscience que, sans le vouloir, j'étais en train de créer une sorte de réseau informel de lieux susceptibles d'apprendre les uns des autres. "Ah oui, t'as été voir tel lieu ? Et alors, comment ils fonctionnent ?"

  • Pour l'ensemble des personnes et collectifs intéressés de près ou de loin par le concept des tiers-lieux. De simples curieux aux collectivités, en passant par des porteurs de projet ou même des chercheurs. Dans le but de le rendre le plus accessible, le ton est d'ailleurs volontairement léger, parfois trivial. Et pourquoi pas ?

Pour quoi faire ?

Qu'ils soient issus d'universitaires, de chercheurs, de chargés de mission ou de personnes comme moi désireuses de toucher le sujet de leurs propres doigts, la littérature déborde de plus en plus d'ouvrages voire d'essais sur les tiers-lieux. Alors qu'est-ce que celui-ci apporte à l'édifice ? Franchement, je ne m'en suis pas soucié une seule seconde. Non seulement, je le faisais pour moi mais avec un peu de recul, mon initiative n'est, au final, rien d'autre qu'une "envie de faire". N'est-ce justement pas un mouvement encouragé par tous les collectifs qui font tiers-lieu ?

Bien sûr, on peut trouver plein d'autres utilités à ce retour d'exploration :

  • Motiver l'émergence d'une initiative

  • S'inspirer des expériences des collectifs visités

  • Ajuster le modèle socio-économique

  • Trouver de nouveaux leviers pour faire adhérer

  • Etc.

Mais cela, en vérité, vous appartient bien plus à vous qu'à moi ;) 

Qu'est-ce qu'on y trouve ?

  • Aucune définition. Je déteste les définitions. Ou plutôt, je considère que l'on passe souvent plus de temps à tenter de trouver la définition parfaite qu'à œuvrer pour l'objet que l'on tente de définir. Ainsi, je préfère livrer dans ce rapport une liste non-exhaustive de ressentis et d'émotions. 

  • Une tentative de typologie. Je n'aime pas les définitions mais j'aime bien comprendre. Et intuitivement, je me rendais compte qu'il existait des similitudes entre les lieux que je visitais. L'apport des statistiques permet de dégager 4 groupes. Aucun n'est meilleur qu'un autre mais ils m'ont aidé à y voir plus clair. 

  • Des facteurs de réussite. Plutôt que d’analyser la réussite – ou l’échec – d’un lieu, j’ai tenté de mettre en évidence six principes qui, appliqués, font qu’on ne peut pas véritablement se tromper.

  • Des focus. Sur la crise sanitaire d'abord. Si plus personne ne veut en entendre parler, il y a pourtant des expériences qui méritent d'être racontées. Car, semble-t-il, d'autre pourraient survenir. Sur la Culture ensuite et notamment la place des tiers-lieux dans la Culture. Effets d'aubaine ou véritables leviers d'une politique culturelle renouvelée ? Enfin sur les logiques de réseaux. Bercé dans ces dynamiques, j'ai eu envie d'en dire un mot à l'heure où les acteurs s'organisent dans de plus en plus de régions.

Et maintenant ?

Cette période exploratoire était censée constituer la première phase d'un plus grand projet visant à faire émerger un tiers-lieu culturel autour de Dijon (là où j'habite). Seulement, les voyages bousculent les grands projets. Et si j'aimerais beaucoup, un jour, contribuer à faire naitre un collectif de gens et d'idées dans une dynamique de tiers-lieu, j'ai, pour le moment, d'autres envies et notamment celles de raconter des histoires, l'histoire de ces lieux. J'ai ainsi déjà réalisé un certain nombre de conférences mais surtout, je prépare un spectacle dont vous serez peut-être les acteurs...

En bref, j'envisage de créer mon activité autour de deux orientations principales :

  • Accompagner les tiers-lieux culturels, les porteurs de projets, les réseaux et valoriser leurs actions. Contribuer en particulier au fait que ces micros-structures culturelles soient en capacité de faire vivre la musique et le spectacle (accueil, rémunération, tournées mutualisées) et qu'elles constituent une alternative crédible et sérieuse pour des artistes engagés, notamment dans la transition écologique et sociale.

  • Écrire et produire des spectacles et des concerts, des conférences (gesticulées ou non), les mettre en scène et les jouer dans ces mêmes lieux. Me tester en tant qu'artiste-comédien en profitant du réseau de lieux et de collectifs que je me suis notamment constitué pendant mon exploration.

Si ce projet résonne avec certaines de vos envies, faites signe !

En attendant, je vous souhaite une excellente lecture !

WARNING !

Les lieux visités ne sont représentatifs que de ce que j’avais envie d’aller voir : des lieux à dominante culturelle et majoritairement implantés dans des territoires ruraux. Tous sont par ailleurs en activité et aucun n’a émergé à l’initiative de collectivités (ceci étant tout sauf volontaire). Le rapport n’analyse donc qu’une petite partie de l’important gradient sur lequel se positionnent les tiers-lieux en France.

Pour télécharger le rapport, cliquer sur l'image

Page de garde.png
CC.png

LE PESTACLE - Retours d’exploration des tiers-lieux culturels en temps de crise sanitaire de Nicolas Debaive est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.